Du Rouge dans les éco-quartiers!

Un article du dauphiné Libéré m’a un peu interpellé. Il concerne les difficultés grandissantes rencontrées par les polices municipales de la région grenobloise. La citation suivante me semble parlante. Il s’agit des paroles d’un policier.

« Le problème que l’on rencontre tient à cette mentalité de quartier. On sait que c’est compliqué de travailler dans certains quartiers difficiles, mais ce que l’on constate, c’est qu’il n’y a plus d’intervention anodine. Le fait que certaines familles ont été déplacées et relogées au centre-ville dans les nouveaux quartiers que sont Jean-Macé et Caserne-de-Bonne pose des problèmes dans ces quartiers. Parce qu’ils ont toujours cet état d’esprit de contestation de l’autorité et la fâcheuse habitude de vouloir établir sur ce qu’ils considèrent comme leur territoire leur propre loi et leur propre autorité. Et le simple fait de se trouver sur “leur territoire” et de veiller à l’application de la loi peut devenir source de problèmes et de confrontation. »

Quand le Rouge s’introduit dans les zones bleues ou oranges, voire Vert… La Caserne-de-Bonne est un éco-quartier, le premier de France je crois. Jean Macé est un nouveau quartier, très moderne, à l’architecture originale, privilégiant les modes de transport doux et des pratiques écologiques. Grenoble est une ville à forte tendance Vert et sa municipalité est composée de Verts et d’Insoumis. Autant dire que les notions de vivre ensemble qui régissent ces lieux sont dominées par la pensée Vert. Certains quartiers défavorisés, les fameuses cités, sont souvent à dominante Rouge.  La vie y est influencée par la domination de la Force masculine, les micro-sociétés de type mafieux où domine la loi du plus fort, où un nombre non négligeable d’habitants  ne se soumettent pas aux règles imposées par la société et où la figure du policier est une provocation. Bref, je ne vais pas décrire ce que tout le monde connaît déjà bien. Evidemment, sans vouloir réduire ces lieux, plus riches qu’on le croit souvent, à des caricatures (sinon le mème Vert va me tomber dessus!).

On le sait, dans la spirale dynamique, on ne saute pas un étage. On ne passe pas du Rouge au Vert directement! Le Vert ne le comprend pas, tout à ses intentions égalitaires. L’arrivée d’individus et de groupes de personnes dominées par le mème Rouge dans un cadre Vert impose à tous une incompréhension dommageable et dangereuse. L’intention peut paraître louable, mais elle n’est pas suffisante: il est nécessaire d’accompagner les Rouges et sans doute les Verts aussi dans leur cohabitation. Il est indispensable de proposer aux Rouges des raisons pour lesquelles ils accepteraient de sacrifier leurs envies et de maîtriser leurs impulsions, de remettre en cause leur manière de voir le monde au-delà du fort et du faible, de l’argent facile et de l’emprise de la testostérone. Autrement dit, une certaine forme de rap. Passer du gansgsta rap à Abd al malik ne se fait pas naturellement.